AGT et industrie laitière

12:36 marjolaine abgrall 0 Comments

Une équipe de chercheurs de l'INRA d'Auvergne, du Centre de recherches Nestlé de Lausanne, et du CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière), ont mené une étude visant à comparer les effets des acides gras trans (AGT) contenus dans les produits laitiers et les AGT industriels sur le cholestérol sur les risques de maladies cardiovasculaires.

De façon naturelle, on trouve une petite quantité d’AGT dans les graisses de bœuf et de mouton (environ 4,5% des graisses totales) et les produits laitiers de vache et de chèvre (environ 3% des graisses sont des acides gras trans).

L'étude démontre que les AGT naturels provenant du lait et des produits laitiers n'ont pas le même impact négatif que les AGT industriels : les AGT d'origine naturelle ne diminueraient pas le « bon cholestérol ».

La conclusion est que les graisses laitières ne sont donc pas nocives pour la santé même à haute dose et qu'elles ne devraient donc pas être concernées par les restrictions d'utilisation des graisses hydrogénées qui doivent être mise en place dans l'industrie.

Ces résultats semblent intéressants à première vue mais comment ne pas s'interroger sur la validité d'une telle étude ? Les conclusions de ce type de recherches à la solde d'une industrie, en l'occurence l'industrie laitière (le Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière et le groupe Nestlé) sont-elles réellement neutres ?

Façonner l’opinion publique et amener les autorités à défendre les intérêts des grands groupes industriels porte un nom : cela s'appelle le lobbying. On sait que les grands groupes industriels américains n'hésitent pas à dénigrer les impacts négatifs de leurs produits en falsifiant leurs recherches, réalisées au sein même de leur laboratoire (à ce sujet voir le très bon reportage Le Monde selon Monsanto ) et que les autorités n'hésitent pas non plus à fermer les yeux sur des pratiques inquiétantes pour protéger leurs industries et donc leur économie, au détriment de leur population.

L'industrie laitière est la deuxième plus grande industrie agroalimentaire, juste après celle de la viande. Pour aider l'industrie laitière à écouler ses surplus, l'Europe donne des subventions pour favoriser la distribution de produits laitiers dans les établissements scolaires. Les recommandations en terme de consommation de produits laitiers (trois produits laitiers par jour) sont issues de recherches réalisées en partenariat avec l'industrie laitière, et pas du tout indépendantes, comme devraient l'être toutes ces études.

A chacun bien évidemment de se faire son idée, pour ma part, je reste sceptique...


.

0 commentaires: